Afin de valoriser les fibres textiles VHU (aujourd'hui, très peu développée à l'exception de la valorisation énergétique) , des expérimentations ont été menées avec des entités spécialisées. Des solutions ont été trouvées dans le domaines de l'ameublement (matelas et capitonnage siège). Ces nouveaux débouchés seront testés avec l'élaboration de prototytes et l'évaluation d'un nouveau schéma industriel.

L'idée est de développer un fil recyclé à partir de matières provenant de VHU et de bouteilles plastiques recyclées, fil qui doit respecter le cahier des charges très exigeant de l'ingénierie Renault.
Un partenariat a été mis en place avec les entreprises Filatures du Parc et Johnson Controls pour la mise au point de ce tissu siège.

Innortex a été sollicité par le Groupe Renault et apporte ses compétences d'ingénierie sur la transformation de matières. L'objectif est d'apporter des solutions innovantes de valorisation des mousses et textiles en intégrant des recherches d'applications sur des marchés autres que l'automobile. C'est une vraie action qui vient s'inscrire dans le domaine de l'économie circulaire.

Notre collaboration avec Renault rentre dans notre esprit commun d'économie circulaire. L'entreprise est fière de travailler sur ce fil à partir de matières VHU et cela nous ouvre à des secteurs autres que l'habillement. Nous sommes convaincus que le recyclage en boucle courte sera demain indispensable et incontournable.

Après une étude des caractéristiques techniques des composants des mousses et textiles de VHU, UP-tex a réalisé une veille brevets et publication pour identifier les expérimentations sur l'utilisation des mousses et textiles en recyclage. Se basant sur l'expertise du CETI en vue d'essais en non tissé, UP-tex a identifié les voies de valorisation potentielles des produits issus de tablettes de coffre, banquettes, tapis/surtapis.